Samuel-Hervé Aliènor

Diplômée 2019 du DU Histoire de la Médecine
Chargée de mission chez Geneanet
Chercheur associé à la BnF


Les Journées Jeunes Chercheurs en histoire des sciences et techniques

Organisées par la SFHST, la SHESVIE, la SFHSH, le CoFrHiGeo, le GHC, la SACDHTE et le GDR « Histoire des mathématiques, ces journées permettent aux jeunes chercheurs d’exposer leurs travaux.

Cette séance est publique et a lieu à l’Université Paris-Diderot (5 Rue Thomas Mann, 75013 Paris) les 29 et 30 novembre 2019.

Aliénor Samuel-Hervé vous invite à assister à sa présentation des résultats de ses recherches sur "Les chirurgiens-majors des camps et armées du roi (XVIIe-XVIIIe siècles)", le vendredi 29 novembre à 10h dans le cadres de ces journées.

Résumé :

On a longtemps considéré qu’entre Ambroise Paré, père de la chirurgie moderne, et l’édit de janvier 1708 « portant création d’offices de médecins et chirurgiens des armées du roi » (acte fondateur de ce qui deviendra le Service de Santé des Armées), il ne s’était pas passé grand chose dans le domaine de la chirurgie et, a fortiori, dans le domaine de la chirurgie de guerre. Pourtant, les évolutions ne manquent pas : on réfléchit à l’installation d’hôpitaux temporaires près des champs de bataille sous Henri IV, les chirurgiens-majors font leur apparition sous Louis XIII, et dès la fin du XVIIe siècle, on voit l’émergence d’un véritable système de santé aux armées, fait de chirurgiens-majors dans les différents régiments et compagnies, de chirurgiens-majors des camps et armées, d’hôpitaux militaires, de chirurgiens consultants et de médecins majors pour les inspecter. L’édit de janvier 1708 ne naît donc pas du néant : il est finalement le résultat de plus d’un siècle de maturation. Il est aussi, incontestablement, la première étape vers de nouvelles décennies de changements.