Mémoire DU d’histoire de la médecine 2018 Université Paris Descartes.


Marcant Pierre

(écrire à l'auteur)

2015-2019 Diplôme d’Études Spécialisées de Dermatologie Vénérologie – Lille
2017-2018 Diplôme Universitaire d’Histoire de la Médecine - Paris Descartes (mention très bien)

Communications orales 2018 : La peau, témoin des souffrances des Poilus de la Grande Guerre – Forum Histoire de la Dermatologie - Journées Dermatologiques de Paris.


Résumé

Guerre, Peau et Poilus

Celle que l’on a surnommé la « Grande Guerre » (1914-1918) reste dans les mémoires comme un traumatisme majeur où les victimes se comptent par dizaines de millions. La peau est en première ligne, soumise à toutes les épreuves rencontrées par les « Poilus ». Jamais dans l’histoire l’épiderme n’aura autant reflété la détresse psychologique de ces derniers. Les combats au corps à corps, obus ou encore les intoxications par les gaz, le tristement célèbre ypérite, sont responsables de lésions des plus mutilantes et souvent sources de surinfections. Mais le soldat de l’autre côté du no man’s land ne constitue pas le seul ennemi. Les conditions de vie sont désastreuses. Le froid et l’humidité vont être à l’origine d’une nouvelle entité : le pied de tranchée. Les hordes de rats et les myriades de poux pullulent dans les tranchées, sources d’épidémies. Le danger guette même hors du front. Le terrible fléau des maladies vénériennes risque de compromettre à jamais les générations futures ... Ce conflit qui a tant marqué les mémoires, a également laissé une trace indélébile dans l’épiderme de nos « Poilus ».

Abstract : War, Skin and « Poilus » : Skin, an interface at the crossroads of fighting, living conditions and colonialist considerations during the Great War

The "Great War" (1914-1918) is remembered as a major trauma where the victims are tens of millions. The skin is in the front line, subject to all the tests encountered by the "Poilus". Never in history the epidermis reflected so much the psychological distress of the latter. The hand-to-hand combat, shells or intoxications by gas, the notorious yperite, are responsible for the most mutilating lesions and often sources of infections. But the soldier on the other side of the no man’s land is not the only enemy. The living conditions are disastrous. The cold and the humidity will be at the origin of a new entity : the trench foot. Hordes of rats and myriads of lice swarm in the trenches, sources of epidemics. The danger is present even out of the front line. The terrible scourge of venereal diseases is likely to jeopardize future generations forever ... This conflict, which has so marked memories, has also left an indelible mark in the epidermis of our « Poilus

Ce mémoire / cette thèse est le fruit d’un travail approuvé par le jury de soutenance et réalisé dans le but d’obtenir le DU ou une MasterClass d’Histoire de la Médecine.

Il est soumis à la propriété intellectuelle de l’auteur. Ceci implique une obligation de citation et de référencement lors de l’utilisation de ce document.

D’autre part, toute contrefaçon, plagiat, reproduction illicite encourt toute poursuite pénale (Code de la Propriété Intellectuelle. Articles L 122.4 et L 335.2-L 335.10).